Ce que l'on pourrait egalement appeler le "syndrome du Francais jamais satisfait".
Ok, j'ai conscience que je dois paraitre fatiguant. Surtout pour mes amis confortablement installes dans la fraicheur hivernale.
Pour ma defense, j'ai deux arguments :
1- C'est qu'en venant en Australie, je m'attendais a avoir le cul a terre "tous les kilometres" devant le spectacle que j'allais avoir sous les yeux. Et je dirais que je suis dans un endroit fantastique... MAIS, en dehors de la Grande Barriere de Corail (qui est definitivement hors-categorie pour moi), je n'ai rien vu de plus beau que Paris cote ville ou que La Reunion cote nature. Ca n'est que mon point de vue.
2- Mon second argument, j'en ai longuement parler avec Lena, c'est que l'aventure humaine que je vis ici est largement plus interessante que la visite de lieux "sympas". Le fait de rester 3 mois dans une auberge de jeunesse, cotoyer des gens tous differents les uns des autres, s'attacher, se separer, et tout le reste, est bien plus fort que ce que j'ai pu voir jusqu'a la. 
Il y a aussi le cote "defi". Le fait de se dire "il faut que je gagne une certaine somme d'argent pour faire quelques activitees", le fait de se faire mal au boulot parce que l'on s'est fixe un but a atteindre... c'est finalement plus interessant que le but en lui-meme. Oui, le challenge qui consiste a bosser 75 heures par semaine a Port Douglas pour se payer un voyage aux Fidji est plus  fort que le voyage en lui-meme.

Tout autre chose : merci a mon guide Tom.
Et je tiens a vous dire qu'en ce moment je devrais etre en train de nager avec les dauphins. Manque de pot, j'ai loupe le voilier de 10 minutes a cause du tram qui part d'Adelaide. Salete de transports en commun !!!  Je le ferais plus tard... d'ici quelques mois.